Russia 2018, la 4K fut un casse tête !

Ce Mondial 2018 aura mis en évidence les grosses variations entre les images des matchs 4K et Full HD. Pour la première fois de son histoire, la Coupe du monde de la FIFA fut intégralement filmée en 4K HDR. 56 des 64 matches ont été diffusés en cette définition en France, et la finale opposant les Bleus à la Croatie fit également partie.

Mais tout ne s’est pas forcément déroulé comme prévu, problèmes de colorimétrie, images brûlées, latences et différences de cadre. Car par delà l’Ultra HD, la Coupe du monde expérimentait aussi le High Dynamic Range, une technologie de traitement vidéo visant à rendre l’image plus dynamique. Le problème du HDR, c’est que différentes normes coexistent. HDR10, HDR10+, Dolby Vision et les incompatibilités règnent entre les différents équipements.

De fait TF1 abandonna l’idée de diffuser la Coupe du monde en 4K HDR avant même le premier match et convertir le flux 4K HDR que lui envoyait la FIFA en 4K SDR pour pouvoir le diffuse. beIN SPORTS n’a pas fait ce choix, d’où les importants problèmes de qualité. Images fades, brûlées. Pour améliorer son rendu, beIN SPORTS a décidé de réserver le HDR à Canal+, seul opérateur à proposer des équipements compatibles (son décodeur et l’Apple TV). Les abonnés Orange ont ainsi eu droit à une image convertie en SDR, comme sur TF1, ce qui l’a protégée des changements colorimétriques provoqués par le traitement numérique. Pour améliorer le piqué, beIN SPORTS a ensuite remplacé son système de conversion IP, les matchs ayant gagné en qualité au fil de la compétition. La pelouse, au début très fade, est devenue bien plus verte au bout de quelques matchs.

La FIFA et son partenaire historique HBS sont aux commandes et envoient les même images à toutes les télévisions du monde entier. Les diffuseurs locaux peuvent ajouter quelques plans maison (comme la cabine où se trouvent les commentateurs), mais ont interdiction de filmer le stade. Cette année, HBS a installé 34 caméras dans chaque stade. 32 d’entre elles sont utilisées à la fois pour la diffusion 4K et la diffusion 1080p, les deux autres sont exclusives à chacun des deux formats.

En renonçant au HDR, la première chaîne d’Europe a évité une probable catastrophe, mais il était difficile d’être séduit par la 4K lors des premiers matchs. Ce sont ces dysfonctionnements qui ont entrainé des problèmes de qualité lors des premiers matchs. En fonction de la lumière, les images apparaissaient différemment et étaient surexposées et fades. TF1 a essayé trois convertisseurs HDR vers SDR différents avant de comprendre que le problème ne venait pas de la conversion. En réalité, les images sont étalonnées par des experts d’HBS sur des images Full HD. Résultat, sur TV 4K, les caméras n’étaient pas adaptées. La deuxième semaine de Coupe du monde, HBS a réussi notamment à mieux calibrer la 4K selon les variations jour/nuit. Les différences colorimétriques entre les 35 caméras remarquées par certains téléspectateurs s’expliquent d’ailleurs par ces différents étalonnages.

Dans les prochaines semaines, TF1 et beIN SPORTS prendront le temps de faire le bilan de cette première expérience. TF1 continuera d’exploiter sa chaîne spéciale, pour diffuser des grands prix de F1, des documentaires et du divertissement. Rien n’est moins sur pour beIN Sports.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *