Qwant allons nous abandonner Google ?

Chronique SatMag

Les députés ont décidé d’abandonner Google en tant que moteur de recherche par défaut au profit de Qwant qui a pour particularité de ne pas tracer les utilisateurs, ne pas vendre leurs données et donc de ne pas conserver en mémoire leurs recherches.

Au départ, quand les députés ont voté la loi RGPD sur le protections des données personnelles sur internet, ils voulaient interdire que les téléphones aient un moteur de recherche installé par défaut, généralement Google qui collecte les données personnelles. Leur amendement a été retoqué par le gouvernement.

Donc à défaut d’imposer à tous cette règle, les députés ont décidé de se l’imposer à eux-mêmes et donc de faire de Qwant le moteur de recherche par défaut installé sur les ordinateurs, téléphones et tablettes fournies par l’assemblée.

Fondé en 2013, Qwant est une entreprise européenne installée en France. Son capital est détenu à 20% par La Caisse des Dépôts et consignations et encore à 20% par le groupe allement Axel Springer. Qwant est présent principalement en France et en Allemagne et se développe sur d’autres marchés européens ainsi que dans de nombreux autrs pays donc la Chine, le Brésil et les Etats Unis.

A défaut donc de collecter et vendre les données personnelles des utilisateurs, il se finance par liens publicitaire vers des sites marchands. Comme le moteur ne garde pas en mémoire les recherches, les liens ne sont pas liés à nos propres recherches. Je reprend mon exemple classique : si je recherche des informations sur les chapeaux dans le moteur de recherche, je ne verrais pas de pub pour des magasins de chapeaux apparaître systématiquement en haut de nos recherches.

En 2016, Qwant a enregistrée 2,6 milliards de requêtes. Comme le remarque les Echos, ce chiffre est atteint en une demi-journée par Google. Le but des patrons de Qwant est de prendre de 5 à 10% du marché des recherche.

Qwant a aussi associé récemment à Brave, un moteur nagigateur Internet qui promet de ne pas accepter les cookies et autres traceurs qui espionnent les internautes. Qwant a aussi des accords avec Firefox, un navigateur basé sur des logiciels libres. Justement, Qwant est est intégré à la liste des logiciels libres préconisés par l’Etat français dans le cadre de la modernisation globale de ses systèmes d’informations bien qu’il ne s’agisse pas en soit d’un logiciel libre ou d’un moteur ouvert.

Donc les députés affirment qu’ils délaisseront Google au profit de Qwant. Cela dit, rien n’interdit à qui que ce soit de quand même utiliser Google qui pour certains serait plus performant dans des recherches complexes. Rien n’interdit non plus de se mettre en navigation privée sur n’importe quel navigateur, mode de navigation supposé être anonyme. Si tant est que l’on y croit.

Serge Surpin

1981 : Fait partie de l'équipe de la Radio Génération 2000, puis, RDH, Active FM, RDS, et d'autres radios "libres". Années 1980 : Création de 3615 SURPIN. 1995 : Création de Serge Surpin Numérique, fermé en 2008. 1995 : Co-Création de Satellifax, revendu depuis. 2003 : Création de SatMag. Photographe pour différents médias dont Satellifax. Environ 2012-2013 : journaliste à IDFM Radio Enghien. 2015 : Réalisateur à RCJ Radio. Depuis 2014 : Journaliste medias à RGB Radio. Depuis 2016 : Journaliste chroniqueur à Radio Shalom. Depuis 2018 : Journaliste médias à Radio Airshow. Rentrée 2018 : Journaliste médias à Bretagne 5. Rentrée 2018 : Journaliste médias à...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *